Le 22 janvier 1963, le général de Gaule et le chancelier Konrad Adenauer mettaient fin, par la signature du Traité de l’Elysée, à l’antagonisme franco-allemand qui avait culminé dans deux guerres mondiales dévastatrices. C’est à l’entente franco-allemande scellée par ce traité et considérée comme le « moteur » de l’Europe, qu’on doit la naissance de notre Union européenne actuelle. Mais on sait aussi que le Traité n’a pas évité des dissensions dans les relations entre les deux pays qui n’ont pas toujours été idylliques.

La FAPS profite de la commémoration des 60 ans de ce Traité d’amitié franco-allemand pour faire le point sur les relations actuelles entre nos 2 pays. Pour cela elle organise plusieurs événements grâce à l’intervention d’un grand spécialiste œuvrant au cœur de ces relations, le correspondant à Berlin de Radio France internationale, Pascal Thibaut.

Il s’agit de faire découvrir ou redécouvrir ces réalités à toutes catégories de publics y compris

à de jeunes lycéens :

  • Les 26 et le 27 janvier à 10h30 dans leurs établissements respectifs de Lunel (Victor Hugo) et de Sommières (Lucie Aubrac) : ils seront invités à interviewer Pascal Thibaut avec l’aide de leur professeur d’allemand, Véronique Güde et de Radio Sommières qui retransmettra les séquences ;

mais aussi à tous publics

  • Le 27 janvier à 18h30 à Sommières, à l’Espace Lawrence Durrell, salle Alexandrie, où le public pourra dialoguer avec le journaliste sur le thème : « 60 ans après le Traité de l’Elysée ; les relations franco-allemandes : retraite ou nouvelle jeunesse ? »

Chers amis de la FAPS, chers adhérents et partenaires associatifs,

En ce premier jour de l’hiver – mais qui y croirait ?- toute l’équipe de la FAPS souhaite vous présenter ses meilleurs vœux pour un très joyeux Noël à venir et surtout une année 2023 faite de paix, d’harmonie et de bonne santé.

Nous espérons vous retrouver dès la dernière semaine de janvier pour la célébration du soixantième anniversaire de la signature du Traité de l’Élysée, traité fondateur et essentiel de l’Europe qu’en presque dix-neuf ans d’existence nous n’avons jamais oublié de commémorer.

Tous les détails de cette première grande manifestation de l’année figureront très bientôt sur notre site. Il se fait actuellement une toilette bien méritée et vous le retrouverez encore plus beau dès début janvier.

Passez d’ici là de belles fêtes de fin d’année, profitez des heureux moments en famille et entre amis et promis, on se retrouve bientôt pour de nouvelles aventures!

Bien amicalement à tous,

Josée Bernard

Pour la première fois depuis les premiers pas de notre site internet, il y a longtemps longtemps, pour la première fois donc, vous n’avez pas eu droit à nos vœux de bonne et heureuse année. Il n’est pas encore tout à fait trop tard, alors de tout coeur à toutes et à tous nos vœux sincères et amicaux et puisse cette année vous garder en bonne santé.

Pour la première fois également, depuis nos débuts, en 2004, nous n’avons pas été en mesure d’organiser quoi que ce soit pour célébrer la Journée franco-allemande le 22, avant-hier. Disons-le un peu brutalement, nous en avons gros sur le coeur et nous nous demandons bien comment nous allons pouvoir rattraper tout ce temps perdu.

 

Au moment où ces quelques lignes sont rédigées, nous apprenons qu’une fusillade vient d’avoir lieu sur le campus de Heidelberg. Une étudiante est décédée, d’autres sont blessés. Toutes nos pensées vont aux victimes de cette nouvelle folie.

JB

Et là, aujourd’hui, exceptionnellement, je n’ai pas le coeur à vous offrir le petit morceau de musique habituel.

 

Birgit Vanderbeke est l’un des écrivains importants des trente dernières années en langue allemande. Née en 1956 à Dahme, dans le Brandebourg, en Allemagne de l’Est, elle a émigré à l’Ouest avec sa famille à l’âge de cinq ans. Après avoir séjourné quelque temps dans plusieurs camps de transit, la famille s’installa à Francfort sur le Main. Sa première nouvelle, « Le dîner de moules » (Das Muschelessen ) remporta en 1990 le prestigieux prix Ingeborg-Bachmann-Preis, l’équivalent allemand du Prix Goncourt. Il y est question de la décomposition d’une famille en apparence modèle. Après un bref séjour à Berlin, elle s’installa avec son fils dans le Sud de la France, où elle est décédée ce mardi 24 décembre.

Parmi ses nombreux romans citons : Ich sehe was, was Du nicht siehst, Fehlende Teile, Ich will meinen Mord, Alberta empfängt einen Liebhaber, et les trois derniers, conçus comme une trilogie autobiographique : Ich freue mich, dass ich geboren bin, Wer dann noch lachen kann, Alle, die vor uns da waren. Ils sont tous publiés au Piper Verlag. Un certain nombre d’entre eux ont été traduits en français, aux éditions Stock. Elle a écrit aussi un guide littéraire sur le Midi de la France : Gebrauchsanweisung für Südfrankreich (Midi, mode d’emploi)

. Voici un texte écrit en sa mémoire, aujourd’hui 30 décembre, par Evelyne Brandts :

Schwesterchen, Petite sœur,

Tu es partie à ta façon, abrupte, sans crier gare. Un mouvement d’humeur de plus ? Vous m’embêtez, je ne vous supporte plus, je m’en vais. « Sie konnte nicht mehr », a dit Bernd, le compagnon du beau comme du gros temps. Et je m’en veux, oh combien, d’avoir pris tes revirements, des changements d’humeur pour des caprices. Tu avais mal à la vie, tout simplement. Et tu essayais, désespérément, de lui trouver, de lui donner un sens, malgré tous les signes qui prétendaient te convaincre du contraire. Tu la voulais, la belle vie, quand tu t’es carapatée d’Allemagne il y a une trentaine d’années, pour venir t’installer dans le Midi, à côté de chez nous, pensant venir à bout des fantômes et des maléfices. Il t’en a fallu du courage pour partir dans l’inconnu, flanquée de ton petit bonhomme. Ça ressemblait beaucoup à une fuite, et ça a donné cette merveilleuse nouvelle, lancée comme une libération : « Ich sehe was, was du nicht siehst » (Devine ce que je vois). En pénétrant pas à pas dans ce monde à découvrir, tu te lavais le regard de toutes les souillures laissées derrière toi… croyais-tu. Les démons t’ont rattrapée, tu leur as vaillamment tenu tête comme la chèvre de monsieur Seguin affrontant le loup. Ils étaient les plus forts.

Mais tu es sortie gagnante, tu as offert aux lettres allemandes la légèreté, la nervosité, l’humour corrosif qui lui faisaient défaut, et qui resteront ta marque pour toujours. Jusqu’au bout, tu as pratiqué le « rire pour ne pas pleurer », suprême élégance du désespoir.

Ton avant-dernier roman s’intitulait : « Ich freue mich, geboren zu sein » (Je suis contente d’être née). Nous aussi, nous sommes contents que la vie ait fait se croiser nos chemins, mais nous avions encore tant de choses à nous dire.

Au revoir petite sœur, Schwesterchen.

Evelyne

 

 

En cette fin de mois de novembre, on peut raisonnablement espérer humer bientôt les effluves si caractéristiques du Glühwein, se dire qu’on y est et que Noël approche à grands pas. Nos marchés du samedi ou du dimanche vont revêtir de belles couleurs avec des dominantes de rouge et de vert, bien sûr. Enfin, ça à l’heure où les alarmes Covid recommencent à fleurir partout, c’est ce que nous espérons tous. Croisons les doigts chers amis et croyons-y très fort. Hélas, en Allemagne en tous cas, peu à peu les marchés de Noël s’annulent les uns après les autres et les nouvelles du front ne sont pas bonnes du tout.

 

Laissons nous malgré tout y croire ! Dans un mois très exactement nous y serons et même si nous devons changer nos plans au dernier moment, je parie sans hésiter : chacun de nous aura à coeur de décorer la maison et de faire en sorte que la bonne odeur du pain d’épices se répande à tous les étages. Malgré tout. Il est temps d’ailleurs de sortir les cartons de décorations de Noël, d’y faire un tri drastique et de jeter sans états d’âmes cette vieille guirlande verte complètement déplumée. Et puis il conviendra aussi de commencer à faire des listes ! Des listes de tout… commencer à penser à des menus, aux courses et bien sûr aux cadeaux.

 

Il y a une dizaine de jours s’est tenue notre assemblé générale et nous avons eu le plaisir de voir de nouvelles têtes ! Pas des foules, certes, mais deux nouveaux FAPS-fans, c’est déjà beaucoup et nous leur souhaitons la bienvenue.

Cette année, pour la première fois depuis notre premier marché de Noël en 2004, nous ne vendrons pas les somptueuses couronnes de l’Avent que nous confectionnions avec entrain sous la houlette de notre chère Thea. Elle est partie pour toujours notre belle amie et cette année, le coeur n’y est pas. Vous voyez, chers amis, en ce moment même, à l’heure précise où ces lignes sont écrites, nous devrions être de retour de la garrigue avec nos brassées de feuillage et dans la belle galerie de Thea, parce que tout de même il faut bien savoir se récompenser, avant d’attaquer la fabrication de nos merveilles, nous commencerions par une jolie bouteille de champagne pour poursuivre par une soupe revigorante et terminer par des monceaux de douceurs. Elle avait, entre beaucoup d’autres, ce talent là notre chère Thea, faire de chaque moment une fête. Regardez ça :

L’an dernier, comme tout le reste, notre soirée « Wichteln » avait dû être annulée. Cette année nous l’avons programmée au 17 décembre et nous espérons sincèrement que rien ne viendra se mettre en travers.

 

À toutes et tous, notre belle équipe de la FAPS souhaite de bons préparatifs de Noël, et nous vous en conjurons, soyez prudents et faites attention à vous.

JB

 

 

 

Nous sommes fin octobre, les feuilles passent peu à peu du jaune à l’orange et puis au rouge et c’est une réalité: elles vont finir par tomber! Nous sommes en automne, la petite fraîcheur matinale, les odeurs si particulières de l’atmosphère, tout ça ne trompe pas.

À la FAPS, nous pouvons dire que depuis la fin de l’été personne n’a chômé ! Nous étions en effet en pleine préparation de la troisième édition de la Quinzaine franco-allemande en Occitanie et croyez-le, il y eut fort à faire! Car, chers amis de la FAPS, ne croyez pas un instant que tout ce qui vient de jalonner ces deux dernières semaines fut le fruit d’un coup de baguette magique. Loin de là! Mais le résultat est là et nous sommes extrêmement fiers de chaque manifestation que nous avons eu le plaisir de présenter à Sommières. Chacune d’entre elles a été un magnifique succès et il me semble bien que c’est la première fois qu’en presque 18 ans, notre FAPS  a déplacé autant de monde en seulement deux semaines.

Tout a commencé avec le vernissage de l’exposition des photos de Bernd Böhner, grand photographe allemand, auquel de nombreuses personnalités nous ont fait l’honneur d’assister. Et puis, bien sûr, l’exposition elle même qui se tint du 9 au 20 octobre et qui déplaça, elle aussi, un nombre non négligeable de visiteurs.

Quelques jours plus tard, c’est le très beau documentaire “Voies d’Europe” qui fut projeté dans la salle Alexandrie. (ce documentaire  a été réalisé par la FAPS en collaboration avec le Mouvement Européen de l’Hérault). Ce film a été soutenu par le Fonds citoyen franco-allemand.

Et puis, le 19, en présence de Madame Clarissa Davigneau, Consule générale de l’Allemagne à Marseille, c’est un concert absolument exceptionnel que la FAPS eut le grand plaisir de proposer. La Chapelle des Ursulines, m’a-t-on raconté, n’avait jamais connu une telle affluence! Il fallut courir, rajouter des chaises, se pousser…. et ouvrir nos yeux et nos oreilles afin de nous imprégner au mieux de ce que ces deux superbes interprètes nous ont offert ce soir là! C’était un moment suspendu dans le temps, tellement original, touchant, drôle, tout ça à la fois. Alors merci à Bérangère Le Boulair et à son violon et à sa complice Christiane Reiling au violoncelle et ce n’est pas un hasard si, à la fin, le public était debout, applaudissant à tout rompre.

Au centre, Madame Clarissa Duvigneau, Consule générale de l’Allemagne, Monsieur Richard Jarry, président d’ Allemagne-Occitanie, l’Europe au coeur et Madame Josette Pasquet, déléguée à la Culture de la Ville de Sommières

Et, pour clôturer notre Quinzaine en fanfare, pour la première fois depuis sa création en 2004, la FAPS a “osé” organiser une véritable Oktoberfest, presque comme à Munich. Plus de 110 convives, un ensemble musical qui nous a gratifiés d’un répertoire traditionnel bavarois avec entre autres, le très célèbre “Ein Prosit” entonné plusieurs fois par l’assistance! Si on ajoute à cela des bretzels, une choucroute bien garnie et de la bonne bière et bien nous pouvons nous dire que ce fut une soirée parfaitement réussie. Tous les convives nous ont fait savoir qu’ils étaient partants pour une prochaine édition, nous avons donc un an devant nous pour nous reposer un peu et nous tenons le pari! Un an, ça devrait aller, non?

Un aperçu de la salle polyvalente ce soir du 22 octobre 2021!

La fin de l’année de la FAPS sera sans aucun doute plus calme puisque nous préparons une soirée lecture et l’assemblée générale en novembre et en décembre, la traditionnelle soirée “Wichteln” que nous aimons tant! Nous allons également nous mettre à la préparation du programme du 1er semestre 2022  et d’ores et déjà, sachez que nous avons des projets en réserve.

Chers amis de la FAPS, chers visiteurs de  ce site, nous souhaitons à chacune et chacun d’entre vous un bel automne et nous nous réjouissons déjà d’un prochain “Wiedersehen”!

JB

Le 22 octobre au soir à Sommières, c’était comme ça :

Chers amis! La page d’accueil de votre site favori est entièrement consacré à la nouvelle édition de la Quinzaine franco-allemande en Occitanie! Ça c’est un programme, n’est ce pas? Nous nous réjouissons vraiment de vous retrouver et constatez-le, les occasions ne manqueront pas en ce mois d’octobre!!!

LES INSCRIPTIONS À L’OKTOBERFEST SONT DÉSORMAIS TERMINÉES!

 

 

 

 

Chers amis,

Nous souhaitons tout d’abord attirer  votre attention, chers visiteurs, sur l’importance d’une petite visite régulière sur ce que nous appelons “le blog” et qui, convenons-en, n’en est pas vraiment un! Vous y trouverez néanmoins tout un tas d’informations intéressantes. En particulier se trouve désormais dans cette rubrique le livret “Voies d’Europe” que nous avons coproduit avec le MEF-34 (Mouvement Européen de l’Hérault), réalisé grâce au soutien du Fonds citoyen franco-allemand et que Heinz Wismann nous a fait le grand honneur de préfacer. Vous aurez l’occasion d’en découvrir davantage sur ce projet mené à bien par un groupe de passionnés venant du MEF et de la FAPS le mardi 12 octobre lors de la projection du documentaire. Mais vous allez découvrir tout ça dans une seconde en parcourant les lignes ci-dessous:

C’est donc avec grand plaisir que nous vous annonçons que le programme de notre nouvelle Quinzaine est fin prêt et que nous n’attendons plus que vous!!! Vous allez le voir, concernant notre Oktoberfest, il est absolument indispensable de réserver vos places dès à présent. Le numéro de téléphone dédié figure sur l’affiche.

Et voici donc ce programme qui, une fois n’est pas coutume, tiendra lieu de page d’accueil sur votre site préféré!!!

JB

Histoire de vous mettre en jambes……

Copyright : Jean-Marc Coquelle

Les journaux et la télévision ne parlent que de ça : ce satané virus est encore bien présent et nous ne sommes certainement pas au bout de nos peines avant longtemps! Il va falloir donc faire avec et faire surtout comme si tout était normal.

En ce milieu du mois d’août, il nous semble néanmoins important de prendre des nouvelles de chacun d’entre vous en espérant que tout va bien. Pour nous, l’équipe de la FAPS, ça va et nous commençons sérieusement à plancher sur les futures manifestations. Vous le savez, il a été très frustrant d’être inactifs aussi longtemps car hormis la visioconférence du printemps axée sur les relations entre l’Occitanie et l’Allemagne et une soirée poésie (via la plateforme “Zoom”) , il ne s’est pas passé grand chose au sein de votre association favorite! Le grand vide! Même notre pique nique de printemps que nous aurions pu tout à fait organiser dans le respect des règles sanitaires en vigueur, même notre pique nique donc, a dû être annulé pour cause de trombes d’eau dans la région ce jour-là! Pouvez-vous imaginer ÇA? Non, n’est ce pas…. alors le pique-nique annulé au printemps aura lieu le mercredi 1er septembre au Mas Montel à Aspères (tous les détails dans le programme). https://www.masgranier.fr

Heureusement, en juillet la Chapelle de Salinelles a pu nous accueillir le temps d’une soirée “lecture-concert” consacrée à Mozart.

Nous voici aujourd’hui au milieu du mois d’août et depuis maintenant plusieurs semaines, nous planchons très activement sur la Quinzaine franco-allemande en Occitanie qui débutera le 9 octobre et se poursuivra jusqu’à la fin du mois. Reportez-vous au programme, vous le verrez, c’est très alléchant! Nous sommes optimistes quant à la tenue de cette manifestation régionale et nous sommes persuadés que c’est là la meilleure attitude à adopter en cette période tellement perturbante. En parcourant le programme, vous le verrez, la Quinzaine, c’est toute une série de manifestations diverses  et variées, se déroulant, comme son nom l’indique, dans toute la région Occitanie! Pour la FAPS, tout se déroulera à Sommières bien sûr, et ce, en grande partie grâce à la municipalité qui a validé tous nos projets, (même les plus inattendus vous le verrez!).

Après la Quinzaine, nous nous retrouverons comme chaque année pour faire le point lors de notre assemblée générale, mais auparavant, nous aurons le plaisir de vous revoir lors de la Matinée des Association et pour une soirée littéraire. Tout cela figure naturellement au programme.

En novembre , nous avions pensé  programmer notre festival du cinéma allemand (annulé au printemps 2020) mais nous avons trouvé plus judicieux de le proposer à la même date de l’année (au printemps 2022, donc). Enfin, fin novembre, début décembre afin de rendre hommage à la reine des couronnes, notre très chère amie Thea disparue en avril dernier, nous avons décidé de maintenir l’opération “Couronnes de l’Avent”. Espérons que nous serons dignes de son talent!

Voici donc en quelque sorte le menu de cette fin d’année. Croisons les doigts et restons positifs!

JB

Pour Thea:

 

Normalement, en cette période de l’année, le petit éditorial auquel vous êtes maintenant habitués se devrait de commencer par une formule du style “après ces six mois d’activités intenses et variées, il est temps pour nous de prendre quelque repos et de recharger nos neurones pour pouvoir, dès début septembre, vous proposer un calendrier d’activités dense et riche”. Normalement. Sauf que depuis maintenant plus d’un an, rien n’a été normal et que, bien honnêtement, nos neurones ne sont pas épuisés!

Deux visio-conférences exceptées, nous n’avons pu, hélas, rien vous proposer d’alléchant, pas de Journée Franco-Allemande en janvier, pas de conférences normales avec le bruit des chaises qui raclent le sol, pas de Stammtische conviviaux, pas de fête de l’Europe en mai… Rien. Il est donc plus que temps de nous ébrouer et, avec toutes les précautions qui vont s’imposer, de vous proposer des manifestations de “re-démarrage”.

Alors voilà, c’est comme si c’était fait, notre conseil d’administration s’est réuni il y a quelques jours à peine et nous avons pu enfin mettre sur pied un programme qui, nous le souhaitons de tout coeur, nous accompagnera jusqu’à fin décembre.

Vous n’avez pas la moindre idée  de la bonne humeur qui régnait durant cette réunion! Nous n’étions que six, mais croyez moi, ce fut plus que joyeux. Nous allons donc pouvoir enfin nous retrouver mais nous allons faire les choses un peu à l’envers! En effet, vous le savez, généralement le traditionnel pique nique du mois de juin clôture notre année et bien cette fois il va plutôt l’inaugurer. Ensuite, au tout début du mois de juillet, il y aura de la musique avec toute une soirée consacrée à Mozart sur le site exceptionnel de la Chapelle Saint Julien à Salinelles. Nous n’allons pas vous faire croire que nous allons travailler tout l’été, non bien sûr! Comme tout le monde, nous allons retourner à la plage abandonnée depuis si longtemps, nous allons profiter des belles soirées d’été avec la famille et les amis et nous gaver de cette musique qui nous manque depuis maintenant trop longtemps. Il y aura de bien beaux festivals dans la région en juillet et en août, dont celui de Mus (Gard) dont vous trouverez le programme complet ici : http://musicadomitia.free.fr/Festival_mus/Presentation.html

Nul doute, donc, qu’après un aussi bel été, nous serons tous en pleine forme pour vous proposer la suite du programme! Sachez-le dès à présent, le grand projet à venir en octobre sera bien sûr la Quinzaine franco-allemande en Occitanie qui, cette année,  se déroulera du 3 au 23 octobre et dont vous découvrirez la teneur au fur et à mesure que les détails techniques et pratiques seront réglés. Pour clôturer cette Quinzaine en beauté à Sommières nous espérons vivement être en mesure de proposer une surprise É-NOR-ME!  D’autre part, nous sommes aujourd’hui assez optimistes pour penser que notre festival du Cinéma Allemand annuel pourra se dérouler enfin normalement ainsi que tout ce que nous avons prévu jusqu’à fin décembre.

Puisqu’il paraît que l’été sera bientôt là, je souhaite à chacun d’entre vous de le passer le mieux possible. S’il vous plaît, restez vigilants, prenez soin de vous mais profitez aussi de tout ce qui vous sera offert!

JB

Et parce qu’ils viennent de rouvrir, cette jolie chanson de circonstance!