2010 – 2ème trimestre

Samedi, 17 avril :

Sortie en Provence
Toute la journée. Rendez-vous à 9 h 30 sur la place des Aires à Sommières

Visite de l’abbaye troglodytique Saint Roman. Pique-nique suivi de la visite et dégustation de vins romains au Mas des Tourelles.

Mardi 27 avril :

Soirée-débat « Manipulation et libre arbitre »
19h30, Le Tibère, à Sommières

Le livre « La Vague », de l’auteur américain Todd Strasser, et l’émission « Le jeu de la mort », diffusée le 17 mars dernier sur France 2, soulèvent d’une façon dramatique la question de la manipulation et du libre arbitre. Dans les deux cas,  il s’agit de simulations au cours desquelles des gens d’âge et de conditions divers, apparemment « normaux », se laissent entraîner à des réflexes et à des actes abominables. Comment aurions-nous réagi nous-mêmes, placés dans les mêmes situations ? Aurions-nous eu la force de résister et de dire « non » ?
C’est de cette problématique que nous discuterons , avec le concours du philosophe Pierre Plumerey.
Cette soirée aura son prolongement avec la projection en mai du film « La Vague », librement inspiré du roman.  

Vendredi, 7 mai :

Film « La Vague » au cinéma de Sommières
21 h, Cinéma « Le Venise » à Sommières

Suite au Stammtisch, nous vous donnons cette fois-ci rendez-vous au cinéma de Sommières pour voir ensemble le film qui a fait un carton en Allemagne (et ailleurs) :

Die Welle – La Vague
Film allemand, 2008 – Realisateur: Dennis Gansel – Avec : Jürgen Vogel, Freferick Lau, Max Riemelt, Jennifer Ulrich, Christiane Paul, Jacob Matschenz, Max Mauff, Ferdinand Schmidt-Modrow

Comment un pays entier a-t-il pu assister à l’assassinat massif et planifié de millions de Juifs? Une réponse possible à cette question a été avancée par le professeur d’histoire Ron Jones, lequel, en 1967, démontra à quel point le modèle totalitaire du fascisme pouvait être envoûtant au yeux des élèves d’un lycée de Palo Alto, en Californie. Ceux-ci étaient en effet parvenus à former en l’espace d’une semaine seulement un groupe soudé, discipliné, obéissant à des rigoureuses règles d’admission et plaçant la communauté au-dessus de tout. Adaptation du livre de Todd Strasser relatant la glaçante expérience de Ron Jones, transposée toutefois dans l’Allemagne contemporaine.

Mardi 18 mai:

Stammtisch sans thème

19h30, Le Tibère à Sommières

Retrouvons-nous autour d’un verre (ou deux) pour une soirée de bavardage à bâtons rompus.

Samedi 12 juin :

Grand pique nique à thème de la FAPS, autour de Loriot!
A Souvignargues. Le lieu de rencontre sera précisé ultérieurement

Bien entendu, il convient de préparer son propre pique nique mais le troc sera admis! La Faps s’occupe du vin…. N’oubliez pas vos couverts, vos verres, un petit coussin…..et des bouteilles d’eau.
Chacun d’entre vous, amis allemands, connaît Vicco von Bülow, qui, allez savoir pourquoi a pris un nom d’oiseau français!  Il fait partie des figures incontestées de l’univers comique germanophone et son humour est d’autant plus apprécié qu’il échappe à toutes les modes. Pratiquement inconnu en France, nous vous proposons de le découvrir à travers ses sketches… Nous aidant de ses textes, nous improviserons sur ce qui, entre autres,  a fait son fonds de commerce : la vie quotidienne, le couple…

Ce pique nique ne devrait pas engendrer la mélancolie!

Vendredi 18 juin:

« Paysages privés », Exposition et lecture avec Frédéric-Jacques Temple et Daniel Guilhaume
Au Temple d’Aujargues, à 19 heures

Frédéric Jacques Temple est né en 1921 à Montpellier et vit aujourd’hui dans un village du Gard.
Pensionnaire à l’Enclos Saint François, où l’enseignement de la musique et des arts était à l’honneur, il a passé ses vacances entre les Grands Causses et les lagunes littorales. Il se passionne pour les écrivains de l’aventure et des grands espaces, genèse d’une prédilection pour la littérature américaine.
En 1942, il rencontre à Alger Edmond Charlot, l’éditeur de Camus, qui publiera son premier recueil de poèmes. En 1943, il participe aux derniers combats contre l’Afrika Korps en Tunisie, à la Campagne d’Italie, au débarquement en Provence et termine la guerre en Autriche. En 1947, il se trouve au Maroc où il dirige les pages littéraires d’un hebdomadaire et contribue à créer des jardins maraîchers dans le désert. C’est le début d’une correspondance avec l’écrivain américain Henry Miller.
Ses œuvres en prose autant que ses poèmes doivent l’essentiel à ses racines méditerranéennes, ses voyages, sa passion pour l’histoire naturelle et la conscience aiguë d’une enfance perdue et d’un Sud défiguré.
Ce soir,  dans le cadre très sobre du temple d’Aujargues et entouré des oeuvres de Daniel Guilhaume, il nous fait l’honneur d’une lecture de ses textes.

Daniel Guilhaume, est également né à Montpellier mais se présente comme « catalan de coeur ».
Reporter de l’agence photo Hoa qui / Eyedea, Daniel Guilhaume s’installe dans le Gard en 2006, à Aujargues prés de Sommières. Spécialiste de sujets « Tourisme, Terroir et Environnement », Il collabore étroitement avec le syndicat des A.O.C « Huile et olive de Nîmes » depuis leur création.
Vivant au cœur d’un des plus beaux terroirs oléicoles du Languedoc, son regard se pose tout naturellement sur les champs d’oliviers et les Capitelles situés entre Nîmes, Sommières et Quissac.
« Au fil des 4 saisons de 2008, j’ai photographié  des arbres pluri-centenaires, épargnés par le gel mémorable de février 1956, des troncs sculptés par le vent aux formes fantomatiques ainsi qu’une série de bâtis en pierres sèches semblant défier le temps au détour des sentiers et des olivettes. J’ai voulu représenter les arbres comme des individus, en contre plongée, tels des acteurs dans notre paysage ».  

Ces deux hommes exceptionnels se connaissent et s’apprécient. Cette soirée devrait être un beau moment d’harmonie.

Un verre sera servi -sur le parvis du Temple- à l’issue de la soirée
L’exposition restera accrochée le samedi après midi de 14 à 18 heures.